Skip to content

Philosophie de comptoir

par Guy Ciancia le 12 mai 2012

Grille d'accords de la chanson

Cette chanson développe la remarque de Raymond Queneau qui « se demande pourquoi, dans les cafés, les joueurs appellent si souvent le garçon, Descartes »


Philosophie de comptoir

Les philosoph’s du comptoir

Jouent des zanzis sans gloire

Qu’embrouill’ la dialectique

Pour conjuguer les grands soirs

Être sans les avoirs

C’est tout un’ gymnastique

Va-z-y raval’ ta cravate

D’un grand coup de beaujol’ pat

Et on r’prend la jactance

Faut qu’ la métaphor’ soit bath

Et la rim’ , délicate

Quand l’ boniment balance

Où est donc Ornicar

L’ cogito s’ fait rare

La méthod’ c’est pas d’ la tarte

Ceux qu’entrav’nt le jar

S’en r’mette’nt au hasard

Mais plutôt des dés qu’ Descartes

Dis moi l’ delirium très mince

Et l’ délit qu’on s’ la rince

La dalle à la lessive

Le deal est qu’ si l’on nous pince

Encor’ faudrait qu’ils vinssent

A la moindre, on s’esquive

Pour ceux qu’ont manqué l’ début

C’est quoi l’ malentendu

Où qu’il est l’ éthylique ?

J’ résume et on en caus’ plus

Être ou avoir déçu

Ça c’est d’ la rhétorique

Où est donc Ornicar

Gaffe au gonz’ qui s’ barre

Voir qui c’est qui les allonge

J’ai rien qu’un dollar

En papier buvard

On est pigeons pour la plonge

Et quand on aura tout bu

Qu’on oubliera l’ début

D’ la balade immobile

Sûr qu’on aura parcouru

Les banlieues d’ l’absolu

C’est c’ qu’on appell’ le style

Le verr’ vide, c’est le tien

C’est promis, c’est demain

Qu’on invers’ra les rôles

Le coeur gros, là sur la main

S’il est sec je te plains

Ma main sur ton épaule

Où est donc Ornicar

On essuie l’ comptoir

Les mots d’esprit s’ font la malle

Nous v’là sur l’ trottoir

La vach’ ! quel brouillard

Où qu’elle est la bonne étoile ?

La nuit, les idées sont grises

Tout comme nos vieill’s chemises

On échang’ les déveines

L’av’nir, cette excuse exquise

Fait survivr‘ ceux qui lisent

Le quotidien d’ la s’maine

On perd le sens de l’histoire

Chaqu’ matin au radar

Quand la pendul’ hésite

On travers’ le grand couloir

Entre savoir et croire

Et c’est là qu’on habite

DE CH’VAL !

Paroles et musique de Guy Ciancia, 2010

Pas encore de commentaires

Répondre

Note : le XHTML est autorisé. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

S'abonner à ces commentaires via RSS