Skip to content

Claude Daubercies au salon Arc-en-Ciel

par Guy Ciancia le 2 décembre 2017

 

L’Académie Septentrionale de Queneaulogie Fondamentale et Appliquée (ASQFA) recevra Claude Daubercies, le lundi 11 décembre, à Lille. Au salon de coiffure Arc-en-Ciel, 5 place Philippe Lebon, à 11 heures. Après la médiathèque « l’Odyssée » de Lomme, il viendra présenter les 2 BD adaptées de son roman « Crève matin ».

Cette traduction en phylactères démotiques s’intitule « 999 à l’aube de rien du tout », éditions Glénat. Selon Daubercies, c’est «  l’histoire de 3  enfants qui entreprennent la traversée de la connerie humaine. L’affaire est très risquée car, à l’époque déjà, la connerie humaine était très épaisse. On ne sort pas indemne d’une traversée comme celle-là. Bien sûr, c’est une fable, mais quand même… ».

Ce même jour, Daubercies nous fera découvrir aussi ses « Petites Icôneries Fabuleuses   », un missel richement illustré par Jean-Marie Byache, dont il lira quelques extraits. Des vies de saints « qui servent à quelque chose » aux « objets ayant appartenu à des célébrités », ce copieux opuscule peut avantageusement se savourer en société. Comme el tarte au chuque.

Claude Daubercies a soutenu en 1960, à Lille, le premier travail universitaire sur Raymond Queneau intitulé « Le jeu des mots chez Raymond Queneau ». Sa thèse a été consacrée à André Frédérique. Jean Carmet était présent, déguisé en curé avec des chaussures jaunes.

Il commence sérieusement à écrire à partir de la retraite. Comme le lui avait conseillé, 30 ans plus tôt, Queneau.
Il est l’auteur de plusieurs romans : « Crève Matin », « L’homme qui faisait des boustrophédons », « Les histoires d’amour de Monsieur Spongexstrate »…
Pataphysicien hors piste, il a aussi contribué à de nombreux livres d’artistes, drôles, mais pas toujours.

 

 

Ce lundi, on rasera gratis au salon  Arc-en-Ciel coiffure.

À la suite de la cérémonie, les participants valides pourront, s’ils en manifestent le désir, se rendre en procession jusqu’au feu Montana, rue des Postes. Puis les hauts dignitaires de l’ASQFA rebrousseront chemin pour le repas d’anniversaire (le trentième de l’Académie) prévu quelque part, place Philippe Lebon. Il leur est recommandé d’apporter leur serviette de table, le linge n’étant pas fourni.

L’intendance de l’ASQFA aura pris soin de faire remplir les bénitiers de l’église San Michele avec des liquides « ad hoc » afin que chacun puisse individuellement s’humecter, en cas de grande chaleur, les parties sensibles. Les confessionnaux seront climatisés.

Pas encore de commentaires

Répondre

Note : le XHTML est autorisé. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

S'abonner à ces commentaires via RSS