Skip to content

Lille en Mai

Avant-dire

J’ai fréquenté, comme beaucoup, l’école publique, gratuite et obligatoire. Je n’étais pas toujours attentif à la leçon de morale quotidienne et le maître ne m’a pas épargné les punitions : cinquante lignes par-ci, cent lignes par-là, de récidive en récidive. Vains travaux d’écriture qu’il ne lisait jamais. Ces lignes ajoutées à celles de ma main, je les ai scrupuleusement conservées. Page après page, elles devinrent ce livre :

Lille en Mai, chroniques anarchistes, éditions Passez Muscade

mars 2015, 300 pages, documents et photos.

ISBN : 978-2-9552116-0-1

Lille en Mai

Entre légende et utopie, témoignage autobiographique et analyse théorique, cet essai est un des premiers à aborder les évènements de Mai 68 en province.

Dans l’ « Avertissement », je précise :

Les pages suivantes se présentent comme un carnet de bord à double entrée. D’une part, elles rassemblent des croquis in vivo, des souvenirs patents et des documents à chaud (tracts, coupures de journaux, rapports de police…) D’autre part, elles tentent d’élargir et d’organiser la chronologie de pratiques singulières, qui ont en partie échappé aux mises en ordre conventionnelles.

D’aucuns prendront ce livre pour le miroir de faits bruts ou vécus, repères illusoires dressés par la mémoire collective et les médias. Mais toute narration s’inscrit dans la complicité d’une praxis sociale peu empressée de vérifier les anecdotes. Si je n’ai pas fait taire ma subjectivité, c’est que je ne me suis jadis jamais incliné face à des situations ou des mots d’ordre auxquels je n’adhérais qu’à moitié.

Il ne s’agit pas non plus, cela va sans dire, de transmettre des images – toujours plus d’images – qui serviraient à la rédemption attendue par la petite bourgeoisie intellectuelle, chaque jour un peu plus inculte. 

Si tant est que Mai 68, enfin, soit une remise en cause radicale des disciplines universitaires rangées sous la rubrique suspecte des sciences de l’homme, on concevra aisément les libertés que je me suis octroyées : entre la fable et « l’histoire objective » rêvée, il ne s’agit pas de restituer la vérité de Mai 68, à Lille ou ailleurs. Mais d’accompagner allègrement l’expression contradictoire d’un récit toujours ouvert.

On commande ou on achète Lille en Mai ici

Ouvert les mardi et samedi après-midi. Fermé du 15 juillet à fin août.

Vendent aussi ce livre :

le CIRA 61 rue Consolat 13001 Marseille

Publico, 145 rue Amelot 75011 Paris

Quilombo, 23 rue Voltaire 75011 Paris

Meura, 25, rue de Valmy 59000 Lille

Le Bateau Livre : 154, rue Léon Gambetta 59000 Lille

Les Lisières, 32 Grand-Place, 59100 Roubaix

et toutes les bonnes librairies.

Pas encore de commentaires

Répondre

Note : le XHTML est autorisé. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

S'abonner à ces commentaires via RSS

Pour valider votre commentaire prouvez que vous n\'êtes pas un robot spammeur en indiquant la réponse dans la case prévue à cet effet. * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.